Contenu .

Service-Navigation

Navigation Général

Navigation

Informations supplémentaires

SERVICE

Communiqués de presse

24.05.2007

Conseil informel des ministres de l’UE du Développment urbain et de la Cohésion territoriale adopte la "Charte de Leipzig"

Ministre fédéral Wolfgang Tiefensee: La renaissance des centres-villes progresse

Leipzig

Aujourd’hui, lors de leur Conseil informel de l’UE, les Ministres européens de la construction on signé la « Charte de Leipzig » qui vise à renforcer les centres-villes. A ce sujet, le président allemand du Conseil de l’UE a aujourd’hui à Leipzig fait la déclaration suivante :

"Habiter en ville devient de plus en plus populaire. C’est une évolution favorable que nous devrons continuer à encourager. Des zones periphériques et des maisons en pleine verdure, les familles rentrent aux centres-villes. L’urbanité devient un « label de qualité". Les surfaces industrielles sont utilisées autrement. Habiter et travailler sur les anciennes jachères industrielles gagnent en attractivité. Bref : Les villes d’Europe connaissent, à l’heure actuelle, une renaissance à laquelle la politique devra donner la forme adéquate. Cette renaissance sera le début d’une nouvelle phase du développement urbain. Les villes d’Europe se trouvent face à des défis majeurs."

En signant la "Charte de Leipzig sur la ville européenne durable" les 27 ministres des Etats membres de l’Union européenne compétents pour le développement urbain se sont, pour la première fois, mis d’accord sur des stratégies et des principes communs pour la politique du développement urbain. "Nous voulons créer les bases pour une nouvelle politique de la ville en Europe. Pour cette raison, nous avons besoin d’un modèle du développement urbain intégré. Il devra tenir compte aussi bien de la participation des habitants dans la planification urbaine que d’une meilleure coordination des investissements publics et privés pour et dans les villes" a déclaré Tiefensee. Le Président du Conseil a demandé ce qui suit : Nous devrons avant tout continuer à renforcer les centres-villes. En Europe, les villes sont les moteurs du développement social et économique. De ce fait, le développement urbain devra, à l’avenir, jouer un rôle plus important dans la politique européenne. Dans ce domaine, on va voir non seulement si les hommes vivent dans un bon environnement social, mais aussi comment l’intégration européenne se réalise pour les hommes."

La Charte de Leipzig créerait les bases d’une nouvelle politique de la ville en Europe et proposerait une nouvelle formulation de l’idée de la ville européenne. "Plus de 60 pour cent de la population européenne vivent dans des régions urbaines ayant plus de 50 000 habitants. Les Etats membres de l’Union européenne devront maintenant prendre des mesures afin de pouvoir faire face aux conséquences du changement démographique, du changement climatique et du changement structurel global et économique dans les villes. Nous devrons agir conjointement pour combattre le manque de diversité et la monotonie dans le développement urbain. Les époques des quartiers d’habitation et commerciaux individuellement optimisés, des centres commerciaux surdimensionnés et des grandes aires de circulation sont révolues. L’habitation, le travail et les loisirs devront s’entremêler de nouveau dans les villes. Grâce à cela, les villes pourront devenir plus passionnantes, plus vivantes et socialement plus stables" a déclaré Tiefensee.

Parmi les défis auxquels sont confrontées des villes européennes, figure également, selon le Ministre, le chômage des jeunes. « Face à un taux de jeunes chômeurs de moins de 25 ans qui se chiffre à 18,6 %, les villes doivent compenser d’énormes variations. A cet effet, il revient aussi à la politique de développement urbain de proposer des solutions. "Le Ministre se prononçait résolument contre l’exclusion sociale et l’isolement de certains quartiers. "Une croissance économique stable et de longue durée est seulement possible si les villes dans leur ensemble demeurent socialement équilibrées et stables" a déclaré Tiefensee. La politique ne devrait pas tolérer le déclin et la stigmatisation de certains quartiers. "Ce sont avant tout les besoins en formation des enfants et des jeunes dans ces quartiers que nous devront suivre avec encore plus d’attention. Si plus de la moitié des jeunes dans ces quartiers défavorisés n’ont pas terminé leur scolarité, les problèmes futurs se dessinent déjà. L’Europe devra pourtant encourager tous les hommes" a déclaré le Président du Conseil.

Vous trouverez plus d`information sur www.ue2007.de.



Accessibilité     . Imprimer     . Recommander cette page


Date: 25.05.2007